Fibre Optique : AtlantiC Ingénierie vous présente ses métiers d’avenir

Lancé en février 2013 par le gouvernement français, le plan France Très Haut Débit vise à couvrir l’intégralité du territoire d’un accès à Internet ultraperformant d’ici 2022.

Avec un investissement de 22 milliards d’euros sur dix ans, il mobilise l’ensemble des acteurs privés et publics du secteur (Etat, collectivités territoriales et opérateurs privés) pour déployer les réseaux de fibre optique (FTTH*) aussi bien dans les territoires ruraux que dans les zones urbaines.

Depuis son lancement, ce projet d’envergure favorise l’émergence de nouveaux métiers liés à l’installation et à la maintenance des réseaux FTTH. En tant que société de conseil en ingénierie, AtlantiC Ingénierie fait partie intégrante des acteurs qui accompagnent la modernisation du territoire.

Tchéry, Chargé d’Etudes FTTH, nous présente son métier.

Capture2

Tchéry, peux-tu nous parler de ton parcours avant d’intégrer AtlantiC Ingénierie ?

« J’ai d’abord obtenu un Bac S avant de m’orienter vers un BTS électrotechnique en 2 ans. Une fois mon diplôme obtenu, j’ai été contacté par la cellule recrutement d’AtlantiC Ingénierie qui m’a proposé d’intégrer l’équipe Ingénierie FTTH en tant que Piqueteur pour apprendre le métier. J’ai donc eu une première phase de formation pour être opérationnel sur le terrain puis une seconde pour travailler en bureau d’études. C’est d’ailleurs cette possibilité de monter en compétence par l’intermédiaire de ce programme de formation qui m’a convaincu d’intégrer la société en Septembre 2017.»

Peux-tu nous en dire plus sur ton travail et cette formation interne que tu as reçue ?

« J’ai commencé en entamant une période de 9 mois sur le terrain avec une formation assurée par l’un des Chargés d’affaires en FTTH de la société. Les journées sont rythmées par les relevés que l’on effectue sur les réseaux France Télécom et Enedis pour le déploiement de la fibre optique. Nous vérifions l’état de chaque poteau électrique, son encombrement, son inclinaison et l’on indique sa position sur une copie du cadastre. On est amené à prendre beaucoup de photos et de repères pour avoir des relevés détaillés. Toutes ces informations sont ensuite transmises à notre bureau d’études qui se charge de réaliser les plans les plus précis possibles, l’objectif de notre client étant de savoir si les poteaux existants acceptent ou non la charge d’un câble FTTH sur le réseau existant.

Au bout des 9 mois, j’ai également été formé à l’utilisation de différents logiciels pour le déploiement de la fibre via appui aérien. Je suis maintenant capable d’effectuer des calculs de charge sur les différents poteaux électriques et télécom. C’est un savoir-faire assez rare sur le marché ! »

Quel bilan fais-tu vis-à-vis de ce choix d’orientation ?

« Je trouve que le domaine de la fibre optique est à la fois porteur et enrichissant. D’abord, parce qu’il s’agit d’un sujet d’actualité dont la mise en place impacte directement le quotidien de millions de français. Ensuite, parce que le travail sur le terrain nous permet de découvrir des environnements sympas et d’être confrontés directement aux contraintes techniques de notre métier ; on évolue beaucoup plus lentement en milieu urbain car les connexions sont beaucoup plus complexes et plus nombreuses qu’en campagne par exemple. Avec l’expérience et toutes les formations que j’ai reçues, je sais exactement pourquoi je fais ces relevés et à quoi ils vont me servir en bureau d’études. »

Selon une étude du ministère de l’Emploi*, plus de 19 000 postes liés à la fibre optique sont à pourvoir d’ici 2022. De nombreux jeunes diplômés choisissent donc de s’orienter dans le secteur en sachant que les compétences acquises dans ces nouveaux métiers leur ouvriront la porte à des carrières en lien avec d’autres nouvelles technologies, à l’instar de la 5G.

*Fiber To The Home – (Fibre jusqu’au domicile en français)

Etude du ministère de l’Emploi : https://www.objectif-fibre.fr/wp-content/uploads/2014/11/brochure-de-synthese-ATP-fibre.pdf *